Cimetière et jardin du souvenir

Un espace crématiste a été aménagé à l’intérieur du cimetière. Il offre une alternative aux partisans de la crémation dans le respect des principes et des obligations ci-dessous. Il va de soi que l’utilisation traditionnelle du cimetière est maintenue.

Vous pouvez consulter le règlement du cimetière :

 

Par ailleurs, le Sénat et l’Assemblée nationale ont adopté le 19 décembre 2008 la loi visée en référence relative à la législation funéraire (loi ici ).

Plusieurs modifications importantes sont apportés notamment :

« Article L2223-18-1   Après la crémation, les cendres sont pulvérisées et recueillies dans une urne cinéraire munie extérieurement d’une plaque portant l’identité du défunt et le nom du crématorium. Dans l’attente d’une décision relative à la destination des cendres, l’urne cinéraire est conservée au crématorium pendant une période qui ne peut excéder un an. A la demande de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, l’urne peut être conservée, dans les mêmes conditions, dans un lieu de culte, avec l’accord de l’association chargée de l’exercice du culte. Au terme de ce délai et en l’absence de décision de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, les cendres sont dispersées dans l’espace aménagé à cet effet du cimetière de la commune du lieu du décès ou dans l’espace le plus proche aménagé à cet effet visé à l’article L. 2223-18-2. »

et

« Article L2223-18-2    A la demande de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, les cendres sont en leur totalité :

  •  soit conservées dans l’urne cinéraire, qui peut être inhumée dans une sépulture ou déposée dans une case de columbarium ou scellée sur un monument funéraire à l’intérieur d’un cimetière ou d’un site cinéraire visé à l’article L. 2223-40 ;
  •  soit dispersées dans un espace aménagé à cet effet d’un cimetière ou d’un site cinéraire visé à l’article L. 2223-40 ;
  •  soit dispersées en pleine nature, sauf sur les voies publiques. »

Cela signifie qu’il n’est désormais plus possible de conserver une urne dans sa propriété privée. Pour les dispersions en pleine nature, une déclaration à la mairie de la commune du lieu de naissance du défunt est effectuée par la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles. La commune possède dès à présent les structures pour répondre à cette modification législative.

Jardin-002

Il est à noter qu’il n’est pas fait mention de rétroaction et que, de fait, cette loi ne s’applique qu’aux décès survenus après le 20 décembre 2008.

Tarifs :

Concession 30 ans – 2,5 m : 120 €
Concession 30 ans – 5 m : 250 €

Cave urne 15 ans : 60 €
Cave urne 30 ans : 120 €

Columbarium 15 ans : 500€
Columbarium 30 ans : 1000€

Incoming search terms:

  • apres une cremation les cendres ou peut -on les dispersees
  • columbarium de saint-sauveur
  • jardin du souvenir saint sauveur
  • jardin du souvenir vosges
  • nettoie ton un jardin du souvenir

Une réflexion au sujet de « Cimetière et jardin du souvenir »

  1. Un très bel endroit que votre jardin du souvenir, dommage que ma commune ne dispose que d’un vulgaire « puits » de dispersion non aménagé… Bravo à vous pour cette belle réalisation en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *