Ordures ménagères résiduelles

Les ordures ménagères résiduelles sont collectées en régie par les agents de la Communauté de communes puis incinérées au centre de valorisation des déchets du SYTEVOM situé à Noidans-le-Ferroux.

Ordures ménagères résiduelles ?

Les ordures ménagères résiduelles sont les déchets ordinaires provenant de l’activité domestique des ménages (restes de repas, balayures et résidus de nettoiement, etc.). Les ordures ménagères résiduelles doivent être déposées dans les bacs à couvercle bordeaux fournis par la Communauté de communes après avoir été conditionnées en sacs bien fermés.

Ne sont pas considérées comme des ordures ménagères résiduelles les emballages recyclables, les journaux-magazines, le verre, les encombrants, les gravats, les végétaux, les déchets textiles, les déchets spéciaux qui eux font l’objet de collectes spécifiques.

Ces déchets doivent être déposés :

  • Dans les bacs jaunes (emballages recyclables, journaux magazines)
  • Dans les colonnes d’apport volontaire (verre)
  • En déchèterie (déchets verts, gravats…)
  • Dans d’autres filières spécifiques (médicaments…)

P1140902

Ils ne doivent en aucun cas être déposés dans le bac à couvercle bordeaux !

Les bacs bordeaux sont collectés à Saint-Sauveur le jeudi.

La collecte des ordures ménagères n’est pas assurée les jours fériés. Toutefois, afin d’assurer la continuité du service des rattrapages sont systématiquement organisés. L’information sera toujours relayée par la commune sur le panneau d’information, le site Internet et la page Facebook.

Collecte sélective des recyclables

Afin de vous faciliter le geste de tri et d’augmenter les quantités d’emballages et de papiers valorisés, la Communauté de communes a décidé de mettre en place une collecte sélective des recyclables en porte-à-porte.

Quelques conseils pour bien trier :

  • Déposer les déchets en vrac dans le bac, surtout pas dans des sacs
  • Bien vider les emballages de leur contenu (mais inutile de les laver)
  • Compacter les emballages (dans le sens de la longueur pour les bouteilles) pour gagner de la place
  • Ne pas imbriquer les déchets les uns dans les autres

P1140874

Tous les plastiques ne vont pas dans le bac jaune : seuls les bouteilles et flacons plastiques se recyclent !

Jeter avec les ordures ménagères résiduelles (bac à couvercle bordeaux) : films et sacs plastiques, gobelets, pots de yaourt, de crème fraîche, barquettes en plastique ou polystyrène, mais aussi cartons salis ou gras…

Les gros cartons bruns (type déménagement) ne disposent pas des mêmes filières de recyclage que les cartons fins d’emballages ménagers. Ils doivent être déposés en déchèterie afin de pouvoir être valorisés.

Les bacs jaunes sont collectés à Saint-Sauveur le mardi des semaines impaires.

La collecte des bacs jaunes n’est pas assurée les jours fériés. Toutefois, afin d’assurer la continuité du service des rattrapages sont systématiquement organisés. L’information sera toujours relayée par la commune sur le panneau d’information, le site Internet et la page Facebook.

Léo Valentin

Point commun entre Saint-Sauveur, Epinal  et Le Mans  ? Les trois villes ont une rue portant le nom de Léo Valentin !

Certains y habitent, d’autres y circulent et pour beaucoup son nom n’évoque rien ! La rue Léo Valentin tient son nom de celui qui fut surnommé « l’homme oiseau« .

Léo valentin est né le 22 mars 1919 à Epinal (Vosges). Très vite il se sent attiré par l’aviation et s’inscrit dans une section d’aviation populaire. A 19 ans, il s’engage dans l’un des premiers groupes de parachutistes français crée à Baraki en Algérie. Le parachutisme n’en est alors qu’à ses débuts. Après la défaite de 1940, Léo Valentin se retrouve moniteur avec le grade de sergent à la première écoles de parachutisme à Fez, au Maroc. A la fin de 1942, il s’embarque sur un transport de troupes du Maroc en Angleterre pour continuer la lutte éteinte sur le sol français. Le 9 juin 1944 à 1h04 du matin il saute dans le ciel du Morbihan. Plus du quart de sa formation y trouvera la mort lors du débarquement. Lui même se trouve blessé gravement et sera évacué vers l’Angleterre. A son retour en France, en 1945, il est nommé adjudant moniteur à la première école de parachutistes en France métropolitaine : celle de Lannion.

C’est à ce moment qu’il va commencer à développer ses techniques de saut et va mettre au point la technique de saut dite « position Valentin« . Le principal changement qu’elle apporte tient du fait que l’homme tend à maîtriser sa descente en non plus à la subir passivement. De ce moment Léo Valentin va poursuivre son rêve de voler en planant et va quitter l’armée après 10 ans de services pour se produire dans des exhibitions lui permettant de peaufiner sa technique.

valentin

Harnachement permettant de planer

Mais plus que la position qui porte son nom, ce seront les saut avec des ailes (de toile puis de bois) qui vont le rendre célèbre. Il tente alors de transformer la descente en parachute en un vol plané et y parvient partiellement le 13 mai 1954 lorsque, largué à 3000 m, descendant en larges spirales à 130 km/h, il plane sur 5 km avec ses ailes porteuses avant d’ouvrir son parachute.

Léo Valentin est devenu alors le premier homme-oiseau : il entre dans la légende des grands pionniers et se trouve sollicité par les plus grands meetings européens. La presse le qualifie alors tour à tour « d’homme oiseau », de « l’homme le plus audacieux du monde.

C’est au cours d’une exhibition aérienne à Liverpool, le 21 mai 1956 qu’il trouve la mort suite à la double défaillance de ses parachutes dorsal et ventral.  Il s’agissait alors de son 701ème saut en parachute !

Le corps de Léo Valentin arriva par avion à la Base Aérienne de Luxeuil-Saint-sauveur où les honneurs militaires lui furent rendus. Placé sur un command-car de l’Armée de l’Air couvert de fleurs, le corps arriva à l’église de Saint-Sauveur. La foule, des plus hautes autorités aux enfants des écoles, lui rendit l’ultime hommage le 03 juin 1956.

tombe
Tombe au cimetière de Saint-Sauveur

Certes, Léo Valentin ne s’est jamais posé au sol directement avec le seul concours de ses ailes (le parachute était généralement ouvert à 1000 m du sol), mais comme l’oiseau il a volé. Pionnier de la conquête du ciel, prestigieux parachutiste, précurseur du deltaplane, l’homme oiseau repose dans le cimetière communal.

Lien externe :

Institut National de l’Audiovisuel (I.N.A.)

Petite vidéo d’entraînement de Léo Valentin.

La Fontaine Sainte-Vaudre

Située dans les bois du Vay de Brest, sur le territoire de Saint-Sauveur, la fontaine de Sainte-Vaudre est porteuse de sa propre légende, et par là, sort du vert anonymat des monts, des vaux et des fontaines. Elle n’est pas un lieu comme les autres, elle a sa fiche signalétique : nom, caractérisation, histoire qui lui est propre et atteste même d’un glorieux passé.

  Il était une fois…

  Dans des temps très anciens, dit-on… une jeune fille nommée Sainte-Vaudre, poursuivie par les barbares qui avaient envahis la région, serait tombée trois fois, sa quenouille à la main, et ce serait l’origine des trois sources jaillies à cet endroit.

 fontaine

Source de la fontaine

Thème de la pureté qui se perpétue, illustrée par cette jeune fille devenue eau de source, d’une part. Valeur symbolique du chiffre trois, nombre religieux par excellence (trinité – trois vertus théologales…) dans l’esprit du Moyen-Age, d’autre part. Les exégètes peuvent faire de cette légende une lecture savante.  Il est du ressort de tous les autres d’en faire une lecture sentimentale et de trouver à cette légende beaucoup de charme et de fraîcheur.

Article de Mme Dominique Denes, paru Bulletin Municipal n°2 de 1975

P1000371

Petit cours d’eau partant de la fontaine

Accès :

 En suivant le C.D. 74, qui va de Sant-Sauveur à Lantenot, plus précisément entre Brest et les Fouillies de Brest, on repère, un kilomètre après le hameau de Brest, à droite, un chemin forestier situé à droite d’une petite aire de pique nique. Suivre après 700m le chemin à gauche.

 

P1000379

Passage depuis le chemin forestier

Histoire de noms

Il n’y a rien de plus banal qu’un nom de rue, surtout si celui-ci se rapporte à une personne célèbre ou à une date de célébration (place de la libération, rue du 14 juillet, rue du Général de Gaulle, …). On habite une rue sans forcément savoir la raison d’être ou l’historique de son nom. Ainsi à travers les siècles les dénomination ont été motivés pour des raisons différentes :

 – Au Moyen-âge la dénomination se voulait fonctionnelle, le nom tient du lieu qu’on dessert qu’il soit religieux ou profane (place de l’Eglise, place de la mairie,…);

– A l’époque Moderne apparaît l’hommage aux « grands » du Royaume (rue de Condé,…);

– A la Révolution de nombreuses rues sont renommés (rue de la liberté, place de la révolution, rue de la nation, …);

-Aux XVIII et XIXe la débaptisation se poursuit avec la mode militaire dans la dénomination (Place d’Austerlitz, rue de Wagram, …);

– Le XXe siècle consacre la liberté totale dans la dénomination des rues avec des thèmes variés comme les personnes célèbres (rue Pasteur, rue Victor Hugo…), les noms de lieux, les noms de fleurs. Il n’y a plus aujourd’hui de règle formelle ou non sur la dénomination des rues.

 Ainsi sur Saint-Sauveur les rues ont été débaptisés dans le passé comme le montre le dernier renommage en date :

  • Rue d’Amont jusqu’au château d’eau / avenue Georges Clémenceau;
  • Ruelle des Ecoles / rue Juste Pingand;
  • Rue de la Corne / rue Jules Ferry;
  • Rue des courts Marins / rue Maréchal Foch;
  • Route de Froideconche / rue Jules Michelet;
  • du château d’eau à la dernière maison de la Rue de Brest / rue Pierre Curie;
  • Grande Rue / rue Edouard Herriot;
  • Route de Lure / rue Arstide Briand;
  • Rue de la Noyes-Boyes / rue Victor Hugo;
  • Vieille route de la Chapelle / rue Pasteur;
  • Vielle route de Quers / rue Raymond Poincaré;
  • Rue du Transformateur / rue du Suchot;
  • Rue d’Aval jusqu’au passage à niveau / rue Maréchal Lyautey;
  • Vieille route de Breuches / rue Jean Jaurès;
  • Route de la Chapelle de chez Cante à la Maison Barrey /  rue Jean-Jacques Rousseau;
  • du passage à niveau à la BA 116 / rue Georges Guynemer;
  • Place face à la Mairie / place de la République;

Informations sur la commune

Canton : Saint-Sauveur
Conseiller GénéralMonsieur Frederic Burgard et Madame Valérie Haehnel

Arrondissement de Lure
Circonscription législative : Luxeuil-Jussey – Député : Monsieur  Christophe Lejeune
Trésorerie : Luxeuil-les-Bains
DDE : Lure
Gendarmerie la plus proche : Luxeuil-les-Bains – tél. +33 3 84 40 16 39

Démographie :

1614 : 43 ménages
1790 : 1000 habitants
1815 : 1120 habitants
1841 : 1243 habitants
1861 : 1257 habitants
1881 : 1287 habitants
1906 : 1590 habitants
1936 : 1605 habitants
1954 : 3088 habitants
1962 : 1932 habitants
1968 : 2182 habitants
1975 : 2108 habitants
1982 : 2161 habitants
1990 : 2047 habitants
1999 : 2037 habitants
2005 : 2095 habitants
2009 : 2128 habitants
Superficie (km²) : 12,02
Densité (Hab/km²) : 177
 

Pour l’étude complète de l’INSEE sur la commune (démographie, population, …) vous pouvez lire le rapport suivant .

Historique des Maires de Saint-Sauveur

– JEANDESBOZ Victor Mai 1900 – Avril 1908

– AMIOT Auguste Avril 1908 – Mai 1925

– PIERCY Auguste Mai 1925 – Novembre 1929

– BARREY Albert Novembre 1929 – Mai 1935

– VALLOT Auguste Mai 1935 – Décembre 1944

– MENIGOZ Alfred Décembre 1944 – Janvier 1969

– ROUSSEL Marc Janvier 1969 – 1995

– GHETTINI Jean-Claude 1995-  Mars 2008

– BEY Christiane Mars 2008-  mandat en cours

Salle polyvalente

Pour tous renseignements contactez la mairie.

Ligne directe tél. 03.84.93.94.21

Tarifs de la salle polyvalente

Journée(1) Week-end But lucratif (ventes commerciales) par jour (2) Bingo, Loto, concours divers de cartes, thé dansant (par jour)(3)
Grande salle avec cuisine 180 € 270 € 260 € 120 €
Petite salle (4) 50 € 50 € 50 € 50 €
Vaisselle (4) 25 € 25 € 25 € 25 €

Location à la journée : toute journée supplémentaire sera facturée avec une réduction de 50 %

  1. Journée (du mardi au jeudi inclus) + jours fériés (hors week-end) 8 h 00 – 18 h 00

  2. Inscrit au registre du commerce

  3. Pour les associations dont le siège social est à Saint-Sauveur

  4. Uniquement en cas de location de la grande salle

1°) Les tarifs ne tiennent pas compte des consommations de gaz et d’électricité pour lesquelles il sera effectué un relevé à la remise des clés.

2°) Les arrhes d’un montant de 77.00 € seront versées à la réservation. Elles ne seront pas reversées en cas d’annulation. Le solde, la consommation de gaz et d’électricité seront réglés dans les 15 jours d’après état au second inventaire.

3°) Un chèque de caution de 200 € sera exigé à la remise des clés.

4°) Une Assurance Responsabilité Civile (branche organisateur de kermesses, bals, fêtes locales et festivités diverses) devra obligatoirement être souscrite par le locataire ou le sociétaire.Celui-ci en justifiera une semaine avant la date de location et son attestation devra mentionner la clause suivante : « Cette garantie devra s’appliquer aux dommages matériels subis par les biens confiés à l’assuré mais ne lui appartenant pas ».

5°) La ville se décharge de toute déclaration à la S.A.C.E.M..

6°) Le locataire s’engage à remettre tous les locaux utilisés en état de propreté ainsi que le matériel. Dans le cas où l’article ne serait pas respecté, il sera effectué une facturation supplémentaire de 100 € (cent euros) correspondant au travail effectué pour le nettoyage et la remise en ordre.

7°) La vente de boissons par le locataire implique une demandepréalable auprès de la Mairie.

8°) Pour les week-ends, la remise des clés se fera en mairie levendredi à 9 heures et la restitution le lundi à 14 heures en mairie. En cas de non restitution des clés, la caution sera automatiquement encaissée.

9°) Un constat des lieux et inventaire seront effectués avant etaprès chaque manifestation par le représentant de la Commune et le locataire. Le matériel manquant ou détérioré au 2° inventairesera facturé au locataire de la salle au tarif ci-dessous :

•Verres 19 cl    1.55 €
•Verres 24 cl    1.55 €
•Flûtes à Champagne 17 cl    1.55 €
•Coupes à glace    1.55 €
•Verres duralex    1.25 €
•Assiettes plates ou creuses    5.80 €
•Tasses à café    3.80 €
•Assiettes à dessert    3.80 €
•Grandes cruches    3.80 €
•Couteaux    1.85 €
•Cuillères, fourchettes    1.25 €
•Cuillères à café    0.80 €
•Corbeille à pain    7.00 €
•Légumier    22.00 €
•Plat ovale    23.00 €
•Seau à champagne    20.00 €

REMARQUES

– La petite salle ne sera pas utilisée pour les repas.
– Une renonciation à recours (incendie, dégâts des eaux) a été souscrite par la commune.
– L’environnement devra être respecté. De même, les abords extérieurs devront être nettoyés.
– Les tables doivent être rangées x 10 sur les chariots et les chaises empilées x 10.
– Utiliser uniquement les tables et chaises de la salle (celles-ci sont équipées de pattes caoutchoutées.)
– Pas de tables ni bancs de brasserie.
Le potentiel de la salle est de 400 personnes maxi debout ou 300 personnes maxi assisses.

Cimetière et jardin du souvenir

Un espace crématiste a été aménagé à l’intérieur du cimetière. Il offre une alternative aux partisans de la crémation dans le respect des principes et des obligations ci-dessous. Il va de soi que l’utilisation traditionnelle du cimetière est maintenue.

Vous pouvez consulter le règlement du cimetière :

 

Par ailleurs, le Sénat et l’Assemblée nationale ont adopté le 19 décembre 2008 la loi visée en référence relative à la législation funéraire (loi ici ).

Plusieurs modifications importantes sont apportés notamment :

« Article L2223-18-1   Après la crémation, les cendres sont pulvérisées et recueillies dans une urne cinéraire munie extérieurement d’une plaque portant l’identité du défunt et le nom du crématorium. Dans l’attente d’une décision relative à la destination des cendres, l’urne cinéraire est conservée au crématorium pendant une période qui ne peut excéder un an. A la demande de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, l’urne peut être conservée, dans les mêmes conditions, dans un lieu de culte, avec l’accord de l’association chargée de l’exercice du culte. Au terme de ce délai et en l’absence de décision de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, les cendres sont dispersées dans l’espace aménagé à cet effet du cimetière de la commune du lieu du décès ou dans l’espace le plus proche aménagé à cet effet visé à l’article L. 2223-18-2. »

et

« Article L2223-18-2    A la demande de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, les cendres sont en leur totalité :

  •  soit conservées dans l’urne cinéraire, qui peut être inhumée dans une sépulture ou déposée dans une case de columbarium ou scellée sur un monument funéraire à l’intérieur d’un cimetière ou d’un site cinéraire visé à l’article L. 2223-40 ;
  •  soit dispersées dans un espace aménagé à cet effet d’un cimetière ou d’un site cinéraire visé à l’article L. 2223-40 ;
  •  soit dispersées en pleine nature, sauf sur les voies publiques. »

Cela signifie qu’il n’est désormais plus possible de conserver une urne dans sa propriété privée. Pour les dispersions en pleine nature, une déclaration à la mairie de la commune du lieu de naissance du défunt est effectuée par la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles. La commune possède dès à présent les structures pour répondre à cette modification législative.

Jardin-002

Il est à noter qu’il n’est pas fait mention de rétroaction et que, de fait, cette loi ne s’applique qu’aux décès survenus après le 20 décembre 2008.

Tarifs :

Concession 30 ans – 2,5 m : 120 €
Concession 30 ans – 5 m : 250 €

Cave urne 15 ans : 60 €
Cave urne 30 ans : 120 €

Columbarium 15 ans : 500€
Columbarium 30 ans : 1000€

Fourrière municipale

La collectivité est dotée d’une fourrière communale apte à l’accueil et à la garde des chiens et chats errants ou en état de divagation. Devant le nombre croissant d’animaux recueillis, il y a lieu de fixer des tarifs à régler par les propriétaires dont les animaux sont en fourrière. Le conseil municipal, après en avoir délibéré a fixé les tarifs suivants :

  • prise en charge de l’animal (capture, ramassage, présentation au vétérinaire) : 35.00 €
  • frais de garde par jour pour un chien : 15.00 €
  • frais de garde par jour pour un chat : 12.00 €

et précise que le paiement des sommes dues se fera par l’émission d’un titre de recette à l’encontre des propriétaires. La restitution de l’animal ne sera effective qu’après paiement du titre.

 

Site officiel de la Mairie